Mots voyageurs

Même si le latin est la principale source de la langue française, il semble évident, à l’oeil comme à l’oreille, que certains mots comme boomerang (d’une langue d’Australie), karaoké (du japonais kara, « vide » et oké, « orchestration »), geyser (de l’islandais) et bungalow (du hindi par l’intermédiaire de l’anglais) sont des emprunts à des langues étrangères. Mais certains mots, dans l’usage depuis des siècles, ont des origines exotiques qu’on ne soupçonnerait pas. Vanille vient ainsi de l’espagnol et tomate et chocolat du nahuatl, langue des populations aztèques qui peuplaient le Mexique au 16e siècle. Ainsi, comme le propose Henriette Walter, les mots ne connaissent pas de frontières. Et pour voyager un peu avec eux en attendant les vacances, voici un jeu-questionnaire accessible sur le portail linguistique du Canada. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *