Des députés brimés dans leur originalité linguistique

« On notera surtout qu’un « propos » ne peut devenir officiellement « non parlementaire » que s’il a été prononcé au Parlement et que le président de la Chambre l’a jugé tel. Un élu peut donc, pour l’instant, traiter un de ses adversaires de « pédé », de « nazi » ou de « fasciste » — mais pas de « boucher de Charlesbourg » ou de « mousquetaire de Joliette ».» – Lire l’article

Depuis 1984 il existe à l’Assemblée nationale une liste des «Propos non parlementaires» qui compte plus de 300 mots et expressions. Benoît Melançon décortique cet index dans un article du Devoir publié le 23 septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *