Audace grammaticale

photo listerineSur le bout de la langue a beau être dotée d’une imagination fertile, sa souplesse cognitive n’est pas suffisante pour organiser de façon compréhensible audace, yoga et mauvaise haleine.

Et, dans cette plus ou moins heureuse superposition de cyan et de magenta, c’est d’abord la faute d’accord que nous remarquons! Un petit rappel (à répéter comme un mantra?):

Dans le cas du passé d’un verbe pronominal (se laver), il faut modifier l’auxiliaire pour créer un participe passé employé avec avoir.

Elle s’est rincé devient

Elle a rincé.

Le reste, on le maîtrise comme la plus basique des postures… Il suffit de trouver le complément direct (rincé quoi? la bouche), ici placé après le participe passé. Il n’y a donc pas d’accord.

Même sans la faute, la pub reste particulièrement étrange… Aujourd’hui, madame L. s’est rincé la bouche, ce qui lui permet d’enfiler avec audace un léotard magenta et de se courber dans un équilibre complexe et précaire. Espérons qu’elle s’est aussi lavé les pieds! (?) (Nous ne voyons aucune autre explication…)

2 réflexions au sujet de « Audace grammaticale »

  1. Je suppose que le publicitaire veut faire un parallèle entre l’audace de la position et l’audace d’utiliser ce produit de rinçage qui a peut être une mauvaise image (produit lié à la mauvaise haleine ? à des usages médico-dentaires ?) ou alors c’est pour paraitre innovant face à la pâte dentifrice ?

    • Si on oublie la mauvaise foi, on peut même croire que le fait d’avoir une haleine fraîche nous permettrait d’oser nous dépasser… Mais Sur le bout de la langue aime bien faire preuve de mauvaise foi (jamais de mauvaise haleine par contre!), surtout quand les publicitaires laissent traîner une faute d’accord!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *