Un 31 mai occupé

Alors que la langue occupe une grande partie de la population scolaire en cette fin de printemps frisquet (alors que d’aucuns s’échinent à rédiger des travaux de fin de session, d’autres ramassent tout leur petit change pour les corriger!), il semble que la question linguistique gagne aussi d’autres sphères de la société.

À preuve, le 31 mai 2017 a été très linguistiquement occupé dans les journaux québécois!

D’abord, Le Devoir s’intéresse aux nouveaux mots faisant leur entrée dans les dictionnaires cette année et nous propose de tester nos connaissances avec un court questionnaire.

Au même moment, Justin Trudeau est rabroué par d’illustres universitaires: ses notes biographiques officielles sont bourrées de fautes…

Au moins, parce qu’on est maintenant en 2018 dans l’univers des dictionnaires, si Justin a déjà été un gameur, il pourra désormais l’écrire sans crainte et avec un «u» dans sa biographie officielle. (Conclusion boiteuse qui répond au besoin irrépressible de faire des liens… Sur le bout de la langue retourne à ses corrections…)

Et les gagnants sont…

Le 22 mars dernier, dans le cadre du Mois du français, 76 participants ont relevé le défi grammatical et orthographique de la Dictée Hélène-Richer. Ce concours a la particularité de réunir, dans une ambiance décontractée, étudiants et employés désireux d’affronter les difficultés de la langue.

Pour la première fois cette année, la dictée a été composée par Natalie Belzile, professeure au département de Lettres, et avait pour titre « Des lettres et des maux ». Pierre Brodeur, professeur de théâtre, a lu le texte. De nombreux prix de participation ont été remis au cours de l’activité, ce qui a permis à tous de patienter avant l’annonce officielle des gagnants !

Le mercredi 5 avril, les gagnants des différentes catégories de la dictée ont été réunis au Salon du personnel du cégep pour que leurs prix leur soient remis. Michel Vincent, du Service de l’enseignement, les a tous félicités chaleureusement et leur a remis, avec grand plaisir, leur récompense.

Les gagnants de la Dictée Hélène-Richer 2017. Derrière eux, Michel Vincent (direction des Études),  Natalie Belzile, auteure de la dictée, et Marie-Andrée Clermont, organisatrice.

Les gagnants de la Dictée Hélène-Richer 2017. Derrière eux, Michel Vincent (Service de l’enseignement), Natalie Belzile, auteure de la dictée, et Marie-Andrée Clermont, organisatrice.

Catégorie étudiants — Dictée longue

1er prix : Rafahel Dupont-Nadeau et Sarah Jane Beverly Jules

Prix offerts :

Chaque gagnant a reçu un chèque-cadeau de 100 $ de la COOP offert par la Direction générale du cégep. Rafahel Dupont-Nadeau a reçu un Grand Dictionnaire des synonymes des Éditions Druide et Sarah Jane Beverly Jules, un logiciel Antidote, offerts par les Éditions Druide Informatique.  

2e prix : Édouard Touchette

Prix offerts : Un chèque-cadeau de 50 $ de la COOP, offert par la Direction générale du cégep et un Grand dictionnaire des synonymes, offert par les Éditions Druide Informatique.

Catégories étudiants — Dictée courte

1er prix : Ezequiel Giron Membreno

Prix offerts : Un chèque-cadeau de 50 $ de la COOP, offert par la Direction générale du cégep et un Grand dictionnaire des synonymes, offert par les Éditions Druide.

2e prix : Huseyin Ozan Erdogan

Prix offerts : Un chèque-cadeau de 25 $ de la COOP, offert par la Direction générale du cégep et un Grand dictionnaire des synonymes offert par les Éditions Druide.

3e prix : Kim Hervieux

Prix offert : Un Grand dictionnaire des synonymes, offert par les Éditions Druide.

Catégorie — Membres du personnel

1er prix : Marie-France Ethier-Danis, du service des communications

Prix offert : Un chèque-cadeau de 75 $ de la COOP, offert par la Direction des ressources humaines

2e prix : Geneviève Deschênes, du Service de la reconnaissance des acquis et des compétences

Prix offert : Un chèque-cadeau de 50 $ de la COOP, offert par la Direction des ressources humaines.

Les équipes du Prétexte et de la Valorisation de la langue tiennent à féliciter les gagnants. Elles remercient chaleureusement tous les participants et les nombreux commanditaires qui ont rendu cette activité possible : Direction générale, Direction des ressources humaines, Direction des études, Éditions Druide Informatique, Coop Marie-Victorin, Papier Profusion, Espace 7000 et la cafétéria du cégep Marie-Victorin.

Amours interdits ou amours interdites?

Le trio d’exceptions « Amour délice et orgue » qui a inspiré Roland Giguère serait-il en voie de perdre un membre?

Un titre du Devoir a récemment soulevé les passions. On y lisait: «Amours interdits entre professeurs et étudiants». Sur le bout de la langue se gardera bien de commenter ici les aspects moraux liés à cette affirmation, mais les aspects grammaticaux sont intrigants! Voyez comment l’équipe de révision du Devoir explique ses choix.
 

 

Un service professionnel en remercie un autre!

Le mercredi 22 mars, toute la communauté du cégep était invitée à participer à la Dictée Hélène-Richer. 76 braves (58 étudiants et 18 membres du personnel) ont accepté de relever le défi orthographique et grammatical concocté par Natalie Belzile, professeure au département de Lettres et coresponsable du Prétexte, le centre d’aide en français du Cégep Marie-Victorin.

photo Reconnaissance et collation H2017

La cafétéria du cégep (Aramark) avait accepté de remettre une collation spéciale au Département ou au Service de notre institution qui participait en plus grand nombre à la dictée. Grâce à huit de ses dévoués membres amoureux de la langue française, tout le Service de la reconnaissance des acquis et des compétences a pu se régaler de viennoiseries et prendre un bon café. Attention… La lutte est de plus en plus chaude au sein des différents départements pour gagner ce prix alléchant : le service devra augmenter le nombre de sa troupe pour pouvoir recevoir cette délicieuse collation l’an prochain! Un grand merci à Annick Simard, responsable de la cafétéria, d’avoir offert ces petites bouchées sucrées.

Les organisateurs de l’activité tiennent aussi à remercier chaleureusement tous les participants et vous invitent à surveiller les différentes plateformes du cégep pour connaitre le nom des gagnants. En attendant, nous vous rappelons qu’il est possible de consulter le corrigé de la Dictée ici. Les curieux peuvent passer au Prétexte (situé au deuxième étage de la bibliothèque) consulter leur dictée.

 

Une publicité qui joue avec les mots

La publicité «Vocabulaire Vaillancourt» a remporté cette semaine le Grand Mérite Francopub, décerné par l’OQLF. Si, comme nous, vous ne l’aviez pas vue, vous pouvez y jeter un coup d’œil sur le blogue de L’Oreille tendue.

Pour connaitre les autres lauréats du Gala des Mérites du français, on peut consulter le site de l’OQLF.

Le 21 mars : Journée mondiale de la poésie

C’est en 1999 que la Conférence générale de l’UNESCO a proclamé le 21 mars Journée mondiale de la poésie.

« À travers ses associations, ses métaphores et sa propre grammaire, la langue poétique peut être une autre facette du dialogue entre les cultures. Elle cultive la diversité dans le dialogue, la libre circulation des idées par le mot, la créativité et l’innovation. La Journée mondiale de la poésie est une invitation à réfléchir sur la puissance du langage et le plein épanouissement des capacités créatrices de chacun. »

Journée mondiale de la poésie sur le site des Nations Unies.

Sur le bout de la langue vous invite à célébrer la poésie en partageant les vers que vous préférez. Invitez vos connaissances à en faire autant!

Dictée Hélène-Richer, édition 2017

Mars ne serait pas mars au cégep Marie-Victorin sans la Dictée Hélène-Richer!

Ne manquez pas cette occasion de vous mesurer à la langue française!

Mercredi, 22 mars 2017, 12 h 10, au H-107

Comme au cours des dernières années, employés et étudiants sont invités à participer. Des prix spéciaux sont d’ailleurs réservés aux meilleurs de chaque catégorie. De plus, une multitude de prix de participation seront offerts, dont de nombreuses licences Antidote offertes par Druide, des billets de spectacle offerts par Espace 7000, des prix donnés par Papier Profusion…

Le Prétexte révolutionne cette année la Dictée Hélène-Richer en proposant une dictée exclusive, conçue par les responsables du Prétexte spécialement pour les membres de la communauté marie-victorienne! Surleboutdelalangue n’a pu obtenir AUCUN renseignement privilégié à propos de cette dictée originale! Il faudra y participer pour en découvrir les méandres grammaticaux!

IMG_0733 compressée

Une visite attendue!

Paul... et Michel Rabagliati

Paul… et Michel Rabagliati

Après être allé à Québec, au parc, à la campagne, dans le Nord, c’est au Cégep Marie-Victorin que se déplacera Paul, ou plutôt son créateur, Michel Rabagliati, le 1er mars, à compter de 12h15. Cette activité gratuite est organisée dans le cadre du Mois du français. Il sera possible pour tous les membres du personnel du cégep et les étudiants d’assister à la rencontre qui se tiendra dans les locaux de théâtre (local C-OO7 du pavillon central). Venez en grand nombre!

Méchante poésie

(Sur le bout de la langue, même en retard sur la nouvelle, ne peut résister à quelques vers mal ficelés…)

Le 5 octobre, Philippe Couillard s’est déguisé en poète pour souligner le départ de Sylvain Gaudreault, qui quitte sa position de chef intérimaire du PQ pour regagner son siège de député. Il a jeté de la poudre aux yeux à l’assemblée, tellement qu’après l’envolée lyrique du premier ministre, « M. Gaudreault s’est […] levé de son siège pour aller remercier M. Couillard, sous les applaudissements de ses collègues.* »

Caricature de Côté publiée dans Le Soleil du 7 octobre 2016.

Caricature de Côté publiée dans Le Soleil du 7 octobre 2016.

La forme a impressionné un public plus habitué à la langue de bois qu’à la versification. Pourtant, une fois le choc esthétique passé, on se rend tout de même compte que l’hommage de Couillard est surtout teinté de mépris…

Hommage à Sylvain Gaudreault, par Phillipe Couillard

De nos courtes vies, les parques filent la toile.

Bien osé pour nous d’en deviner le cours.

Le PQ bientôt montrera un troubadour

Capable selon eux de redresser les voiles

D’un bien fragile esquif voguant vers les hauts fonds

D’un récif acéré qui n’offre rien de bon.

De notre collègue la voix s’éteindra-t-elle ?

Un autre fauteuil déjà attend son appel.

On y entendra parler de séparation.

Pourtant, quelle douceur dans le beau mot union !

Redoutable adversaire aujourd’hui, il demeure.

De son ralliement futur nous attendons l’heure,

Car de notre grand parti est issu le sien,

Travaillons ensemble pour refaire ce lien.

 

Selon cet hommage rimé, le prochain chef du PQ sera, qui qu’il soit, un « troubadour », ce poète chanteur médiéval au charme suranné et inoffensif. Le parti lui-même — passons ici la licence poétique qui permet à M. Couillard d’accorder « eux » (m.p.) avec PQ (m.s.) — est comparé à un fragile esquif (petite embarcation) qui vogue à sa perte dans une cascade indomptée de compléments du nom (« les voiles d’un fragile esquif » qui vogue vers « les hauts fonds d’un récif acéré qui n’offre rien de bon. »)

Un esprit mal tourné pourrait même voir dans les vers suivants un euphémisme qui sonne le glas de Gaudreault, dont la voix s’éteindra sous peu. Et s’il s’en sort, Gaudreault sera condamné à appeler un patient fauteuil, seul répondant possible pour les questions de séparation ?

Après ces douceurs, il nous semble un peu surprenant que le premier ministre invite Gaudreault à grossir les rangs du clan libéral…

MORALITÉ (nous avons, nous aussi, lu quelques classiques)

Vous « [q]ui savez que c’est la manière

Dont quelque chose est inventé,

Qui beaucoup plus que la matière

De tout récit fait la beauté** »,

Sachez que pour recevoir des applaudissements à l’Assemblée, rien ne vaut quelques méchancetés bien rimées.

Couillard aura au moins eu l’audace du vers et l’élégance du vocabulaire.

Pour une poésie politique, Sur le bout de la langue préfère — de loin ! — Véronique Côté.

 

** Charles Perrault, « Les souhaits ridicules », Contes de ma mère l’Oye, 1697